EUROSBLOGS
--> septembre 2011 juillet 2011 juin 2011 mai 2011 avril 2011 mars 2011 février 2011 janvier 2011
décembre 2010 novembre 2010 octobre 2010 septembre 2010 août 2010 juillet 2010 juin 2010 mai 2010 avril 2010 mars 2010 janvier 2010
décembre 2009 novembre 2009 octobre 2009 septembre 2009 juin 2009 mai 2009 avril 2009 mars 2009 février 2009 janvier 2009
décembre 2008 novembre 2008 octobre 2008 septembre 2008 juillet 2008 juin 2008 mai 2008 avril 2008 mars 2008
octobre 2009

Depuis décembre 2008, l’Union européenne a déployé sa première opération militaire maritime visant à dissuader, prévenir et réprimer les actes de piraterie au large des cotes Somaliennes. Il s’agit de l’EU NAVFOR Somalie-Opération ATALANTA qui s’inscrit dans le cadre de la Politique européenne de sécurité et de défense. ATALANTA s’appuie juridiquement sur les résolutions 1814, 1816, 1838 et 1846 de l’année 2008 adoptées par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Le mandat de l’opération prévoit deux objectifs majeurs : Protéger les navires du Programme alimentaire mondial (PAM) acheminant l’aide alimentaire ; Protéger les navires vulnérables des actes de piraterie, pendant leur navigation dans le Golfe d’Aden et au large des côtes somaliennes. Lancé pour (...)

La demande de référendum contre la décision du Parlement suisse d’appliquer unilatéralement le principe dit « du cassis de Dijon » n’a pas recueilli les 50'000 signatures dans les délais requis (100 jours après la publication du texte législatif) pour devoir être soumise au vote du peuple suisse. Au regard des enjeux et des rapports de force de politique internes à la Suisse, c’est une excellente nouvelle pour les défenseurs d’une intégration plus poussée de la Suisse à son voisinage européen. Sur le fond cependant, la mise en œuvre de cette décision éclairera les conséquences curieuses pour les consommateurs et citoyens suisses de leur participation non-assumée à l’Union européenne.

Rappelons d’abord quelques éléments de fait et de droit. C’est l’article 141 de la Constitution fédérale qui permet à 50’000 citoyens au moins de demander, dans un délai de 100 jours à partir de la publication officielle d’un texte de loi, la tenue d’un référendum au niveau national sur une loi adoptée par (...)

Le deuxième essai aura été le bon : après l’avoir rejeté à 53,4% en juin 2008, les Irlandais ont finalement dit « oui » au Traité de Lisbonne. Et ils ont approuvé le texte avec une imposante majorité : 67,1% de « oui », avec une participation de 59%, en hausse par rapport au vote de 2008 (53%).

Si le score est sans appel, on peut toutefois s’interroger sur la tenue d’un deuxième référendum pour obtenir le résultat souhaité. Car, à n’en point douter, un deuxième vote n’aurait jamais été organisé si les Irlandais avaient dit « oui » à la première tentative. Certains observateurs, et les mauvaises (...)

Le temps, comme c’est souvent le cas dans ce pays, était plus qu’agréable. Il faisait chaud mais rien d’excessif. On était tout de même le premier octobre. D’ici trois jours, les électeurs grecs allaient (encore) voter, à peine quatre mois après le scrutin européen massivement boudé. Ce jour-là, le conducteur du taxi qui m’amène de l’aéroport au centre-ville est complètement désabusé. Il peste contre tous les partis, contre l’establishment politico-médiatique ou économique. Il dit s’en sortir à peine, tout en travaillant toujours plus. Mais ce qui le préoccupe le plus, c’est l’avenir sombre de la jeunesse grecque.

« Mon fils a fait des études en sciences commerciales et en informatique. Il a vingt-sept ans et il travaille occasionnellement dans la manutention et comme serveur. Le café est payé par le client presque cinq euros, mon fils gagne un salaire journalier de vingt-cinq euros. Il n’arrive pas à (...)

Lundi 5 octobre avait lieu à la Comédie de Genève un débat (presque) impossible sur le thème « Identité et mémoire : l’Est et nous, à la recherche d’une conscience européenne ».

Le débat s’est tenu dans le cadre de la dernière pièce de Biljana Srbljanović Barbelo, à propos de chiens et d’enfants, à voir jusqu’au 18 octobre en création française. Un débat à prolonger, en présence de l’auteure de la pièce et de son traducteur, lors du brunch organisé dimanche 11 octobre dès 11h30. (...)

Ainsi l’Europe a franchi l’obstacle irlandais. Au deuxième essai, certes, mais avec une marge confortable. La voilà pour autant relancée ? Nuançons. Tout d’abord, malgré les tergiversations allemandes (la Cour constitutionnelle), tchèques (le Président) ou irlandaises (le peuple) sur le Traité de Lisbonne, malgré le refus définitif de l’obstacle précédent (le Traité constitutionnel) suite aux votes français et néerlandais, il n’est pas établi que l’Europe était en panne. Rappelons que 12 nouveaux Etats ont, depuis l’adoption du Traité de Nice et donc selon les règles qu’il a instituées, été intégrés aux 15 membres de l’Union européenne d’alors. Et que tout c’est globalement bien passé.

Il n’y a pas eu de migrations massives des travailleurs des nouveaux Etats membres vers l’eldorado présumé des anciens (dans lesquels les taux de croissance de l’économie étaient inférieurs à ceux de ces nouveaux entrants). Les mécanismes – modestes, il ne s’agit que de 1% du PIB de l’UE – de solidarité (...)

Comme on a pu le suivre grâce aux maintes commémorations et l’importante couverture médiatique y relatives, cela fait vingt ans que le Rideau de Fer et que le Mur de Berlin sont tombés. J’ai des souvenirs personnels encore vifs de l’été 1989. Je peux, maintenant, témoigner de certains faits puis les regarder à travers les lunettes d’un historien grâce aux documents et études aujourd’hui accessibles.

En août 1989, je me trouvais en vacances de l’autre côté du Rideau de Fer. Pendant mon séjour des flux de réfugiés est-allemands arrivèrent en Hongrie dans l’espoir de passer vers l’ouest. Voyant que je pouvais me rendre utile, je suis allé rejoindre le camp de réfugiés est-allemands qui se trouvait dans (...)


Derniers commentaires

L’avenir de la Genève internationale passe par la construction politique de la région
Par Brieux, le 13 août 2012

D’accord avec vous pour ce qui est de la nécessité d’avoir une gouvernance économique européenne. Ce genre de processus est long et complexe, mais il n’en ressortira que du bon pour la Genève internationale.

Piscine et nettoyage

Le robot piscine est idéal pour nettoyer la piscine en profondeur.

Equipe