EUROSBLOGS
--> septembre 2011 juillet 2011 juin 2011 mai 2011 avril 2011 mars 2011 février 2011 janvier 2011
décembre 2010 novembre 2010 octobre 2010 septembre 2010 août 2010 juillet 2010 juin 2010 mai 2010 avril 2010 mars 2010 janvier 2010
décembre 2009 novembre 2009 octobre 2009 septembre 2009 juin 2009 mai 2009 avril 2009 mars 2009 février 2009 janvier 2009
décembre 2008 novembre 2008 octobre 2008 septembre 2008 juillet 2008 juin 2008 mai 2008 avril 2008 mars 2008
Election présidentielle

« La France dans le déni. La plus frivole des élections occidentales ». C’est ainsi que The Economist titre son édition du 31 mars dernier. La couverture s'inspire du "Déjeuner sur l’herbe" de Manet retouché, présentant Nicolas Sarkozy et François Hollande, favoris des sondages , en train de pique-niquer en charmante compagnie. The Economist veut par là dénoncer la « coupable insouciance française » face à sa dette. Ce magazine, fervent défenseur du libéralisme, voit dans l’Hexagone un pays « léthargique et non reformé [qui] pourrait bien se retrouver au centre de la prochaine crise de l’euro » car sa classe politique n’aurait pas pris la mesure de l’ampleur des reformes économiques à mener face à une dette française exponentielle.

Concrètement, The Economist reproche aux politiciens français d’être dans le déni des réalités économiques les plus élémentaires. Alors que tous ces voisins, Espagne, Italie, Grèce entreprennent des réformes douloureuses, mais nécessaires, rien de tel n’est prévu dans le programme politique des candidats à (...)

Dimanche 18 mars, Nicolas Sarkozy tenait à Villepinte, en Seine-Saint-Denis, son premier grand meeting électoral depuis son entrée tardive dans la campagne pour la présidentielle française. Réunissant près de 45 000 militants, le président-candidat a saisi l’occasion non seulement pour affirmer la place de la France dans l’Union européenne (UE), mais aussi pour lancer un double ultimatum à ses partenaires européens. Le premier, relatif à une réforme structurelle des Accords de Schengen, tandis que le second entend doter l’Europe d’un « Buy European Act », privilégiant les entreprises européennes pour les contrats publics. Des positions qualifiées d'"électoralistes", destinées à attirer le vote de l'électorat d'extrême-droite, par la presse européenne, et accueillies froidement dans les Etats membres.

Le meeting de Villepinte, qui s’est tenu dimanche dernier, marque non seulement l’entrée tardive, de Nicolas Sarkozy dans la campagne présidentielle, mais aussi celle de l’Europe sur le devant de la scène. Habituellement délaissée au profit d’une campagne axée sur des enjeux nationaux, la crise (...)


Derniers commentaires

L’avenir de la Genève internationale passe par la construction politique de la région
Par Brieux, le 13 août 2012

D’accord avec vous pour ce qui est de la nécessité d’avoir une gouvernance économique européenne. Ce genre de processus est long et complexe, mais il n’en ressortira que du bon pour la Genève internationale.

Piscine et nettoyage

Le robot piscine est idéal pour nettoyer la piscine en profondeur.

Equipe